Burbure en finale de la coupe Mallez

En inscrivant le 4e but de son équipe, Aurélien Durie scellait la victoire des Burburains. Un but hautement symbolique qu'il dédiait à son grand-père, André Rackelboomt, le secrétaire du club, décédé il y a quelques jours (photo PVC).

Camblain-Chatelain – Burbure : 2-4 (1-2). Hier soir, Burbure était certainement plus fort. Techniquement et tactiquement. Pourtant, l’Olympique n’a jamais été à l’abri face à une équipe qui avait l’avantage de jouer sur son terrain et qui faisait preuve de plus d’engagement. A la suite d’une tête de Julien Courchelle, Quentin Déquirez ouvrait le score. Courchelle que l’on retrouvait un peu plus tard pour redonner l’avantage à son équipe après l’égalisation de Camblain. Mais pour l’entraîneur Matthieu Nybelen, le fait de rentrer au vestiaire avec cet avantage d’un but n’était pas suffisant, pas satisfaisant. Il donnait la consigne à ses joueurs, d’être plus mordants, d’être davantage présents à la tombée du ballon, plus rigoureux aussi dans le marquage. De retour sur la pelouse, les verts et blancs appliquaient ces consignes et en étaient assez vite récompensés, Blondel trompant le gardien camblinois en déviant dans les filets un ballon dont personne n’avait vraiment évalué la trajectoire. A 3-1, les choses paraissaient bien engagées, malheureusement Camblain revenait à 3-2 presque aussitôt et maintenait la pression sur une équipe burburaine visiblement pas très à l’aise dans la mesure où elle n’arrivait pas à poser le jeu et à faire véritablement circuler le ballon. Camblain jouait haut, Camblain pressait et Camblain croyait encore en ses chances, d’autant plus qu’après avoir joué en infériorité numérique (un carton jaune) pendant dix minutes, il avait à son tour l’avantage du nombre pendant vingt minutes (deux cartons jaunes). Cela explique que pendant l’essentiel de la seconde mi-temps, l’on n’est pas beaucoup vu Burbure porter le danger dans le camp adverse. En difficulté, les Olympiens serraient les rangs et avaient l’intelligence de ne pas désolidariser leur bloc défensif… Dans les buts, Damiens Cats connaissait quelques chaudes alertes mais il s’en sortait bien, parfois avec un peu de réussite, parfois aussi avec brio notamment en détournant un coup franc que tout le monde voyait déjà au fond de ses filets. Tant et si bien que la fin du match approchait. Camblain n’avait plus d’autre alternative que de jeter le reste de ses forces dans la bataille… Ce dont Aurélien Durie profitait, déboulant sur l’aile droite avant de repiquer au centre et sceller la victoire de son équipe. Un but qui montait droit au ciel, là où son grand-père se trouve depuis quelques jours… Il restait une minute à jouer. L’aventure continue. « Notre secrétaire peut-être content de ses joueurs », conclut Matthieu Nybelen qui regagnait rapidement les vestiaires pour retrouver ses joueurs et chanter : « on est en finale ». Elle aura lieu le samedi 19 juin contre Saint-Pol qui a battu La Couture (2-1).

La qualification en finale est certainement méritée mais Camblain-Châtelain n'a jamais renoncé (photos PVC).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *