Rencontre musicale : Burbure – Watten

[slideshow ids= »14581,14582,14583,14584,14585,14586,14587,14588,14590,14591,14592″]
Samedi dernier, pour la plus longue nuit de l’année, les musiciens de Burbure accueillaient pour leur second concert d’automne, leurs homologues de L’Amicale de Watten, la bien nommée. Ce fut en effet une bien belle rencontre musicale et conviviale, dont la salle Polyvalente, une fois de plus bien garnie, fut le témoin.
Les deux harmonies ont de nombreux points communs : elles sont issues de communes rurales d’à peine 3000 habitants, Burbure en Artois et Watten en Flandre. Elles y assurent, concerts, cérémonies et manifestations organisés par les communes, sont également réputées bien au-delà de leur territoire. Toutes deux nées à la fin du XIXe siècle, sont classées en division d’excellence, ont enregistré un premier CD il y a quelques temps et présentent un effectif de 70 musiciens sur scène.
Les invités ont assuré la première partie de main de maitre, dirigés par Michel Decyper où des œuvres difficiles écrites pour orchestre d’harmonie ou pour concours ont ravi les mélomanes. De même un titre original pour 4 tambours seuls, a surpris l’auditoire par l’évocation du train qu’ils ont réussi à rendre. Les deux dernières pièces, plus festives, ont d’abord mis en valeur le pupitre de clarinettes, puis pour conclure, la salle a pu fredonner les plus grands succès de Joe Dassin.
Après l’entracte, les musiciens de Burbure et leur chef Gilles Foulon, ont pris le relai dans un répertoire différent, mais tout aussi apprécié de l’auditoire. Le programme a démarré dans l’obscurité, avec la musique d’Ainsi parlait Zarathoustra, qui illustra en son temps 2001 Odyssée de l’espace. Puis le dépaysement a continué avec la légende du Valentin lunaire, aux sonorités asiatiques. Ce fut ensuite, un medley des suédois d’Abba chanté par Émeline Fauconnier, avant de partir au far-west avec le magnifique Colorado. Retour en Europe avec le fameux Skyfall du dernier James Bond.
Le concert s’est terminé par un hommage à Claude François avec My Way et un dernier détour en Afrique pour African Symphony. Après des applaudissements nombreux, nourris et mérités, cette belle soirée s’est terminée, comme de coutume par Vino Griego, véritable hymne burburain, repris par une salle debout et conquise.
Ensuite les musiciens des deux ensembles se sont retrouvés pour un pot de l’amitié, accompagné d’un casse-croûte où les échanges furent nombreux, enthousiastes et surtout avec l’idée de recommencer un tel partage, à Watten cette fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *