Carole Dubois, fille de Burbure, maire de Lillers

Entre militantisme et carrière professionnelle, Carole Dubois a passé l’essentiel de sa vie entre Burbure et Lillers ; entre Lillers et Burbure. Née à Auchel (à l’époque c’était là qu’était la maternité la plus proche), elle a passé sa prime enfance à Burbure mais a très vite pris l’habitude de se rendre dans la Cité de la chaussure.

« On allait à Lillers, tout le temps » : les courses, le collège, le cinéma, la danse classique qu’elle a longtemps pratiquée. Après avoir obtenu un baccalauréat Administration au lycée de Béthune, Carole Dubois est entrée dans la vie professionnelle au profit d’un court passage à la Sécurité sociale… à Lillers, avant de rejoindre la fonction publique territoriale… à la mairie de Lillers, auprès de Lucien Andries. En 1982, elle fonde son foyer et s’installe à Lillers… Mais les liens avec Burbure où vit sa famille proche (sa mère et deux de ses trois frères), restent forts. Au 1er janvier 1994, elle arrive tout naturellement en mairie de Burbure, comme rédactrice, pour travailler à l’administration générale de la commune, aux côtés de René Hocq, tout en restant domiciliée à Lillers.

Portée par la culture
Militante syndicaliste, attachée à la chose publique, appréciée des gens dont elle reste proche, en 1995, Carole Dubois répond favorablement à une sollicitation de Lucien Andries pour faire partie de la liste qu’il conduit pour les élections municipales à venir… À condition d’être en 25e position, place a priori non éligible. Elle ne l’est d’ailleurs pas, mais deux ans plus tard Catherine Rougé, adjointe au maire, quitte Lillers pour raisons professionnelles… Carole Dubois est la première sur la liste pour lui succéder numériquement. La nouvelle conseillère municipale hérite alors du suivi d’un dossier déjà bien avancé : celui du chantier de construction de la médiathèque. Mais à l’époque et jusqu’à ces derniers mois, loin d’elle l’idée d’accéder au fauteuil majoral. Certes, au fil des années, réélue, elle prend de nouvelles responsabilités en qualité d’adjointe à la culture (c’est elle qui fait entrer le théâtre dans la ville), puis de 1re adjointe, s’occupant des finances, du patrimoine et toujours de la culture. Lorsque le maire Pascal Barois a des soucis de santé, c’est elle aussi, en qualité de 1re adjointe, qui assure les intérims, « le mieux possible » mais toujours sans arrière pensée.

Désignée par les camarades
Carole Dubois, maire de Lillers, est une chose qu’elle n’imagine pas… Sauf qu’à l’automne dernier, lorsque Pascal Barois annonce officiellement qu’il ne briguera pas de nouveau mandat, les regards de ses « camarades » se tournent vers elle. Unanimement. « Le cœur et la raison m’ont fait dire oui, mais j’ai tout de suite mesuré le poids que c’était, dans un contexte politique difficile ». Progressivement, elle se met en ordre de bataille, pour construire une liste et mener une campagne qu’elle veut la plus sereine possible, avec le souci de ne pas engendrer les conflits. C’est dans sa nature. Quelques mois plus tard, à la sortie d’un confinement pesant pour tout le monde, les électeurs lillérois lui accordent une large confiance, résultat de sa persévérance et d’un soutien indéfectible de ses proches, ses ami(e)s, ses frères toujours présents, dans l’ombre. Désormais installée dans le fauteuil majoral de la Ville de Lillers, elle sait tout le travail qui l’attend avec l’assurance de pouvoir s’y consacrer pleinement puisque la retraite professionnelle est maintenant en ligne de mire. – Philippe VINCENT-CHAISSAC / Votre Info pour Burbure actu

Carole Dubois entourée de ses trois frères : Bruno (à sa gauche), Bertrand et Jean-Bernard. Photo © PVC / Votre Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *