qui était eugène maquet ?

E-M-02Il y a peu la commune comptait encore deux écoles… L’école des filles nommée Noémie-Delobelle et celle des garçons, appelée Eugène-Maquet. Se faisant face à face, elles sont d’abord devenues des écoles mixtes, avec d’un côté les cours élémentaires et de l’autre les cours moyens puis, plus récemment, elles ont fusionné pour devenir l’école Maquet-Delobelle. Avec la dernière restructuration et la construction de la nouvelle salle polyvalente,  toutes les classes de l’école primaire ont été regroupées côté Noémie-Delobelle. L’inauguration de cette école rénovée et agrandie a été l’occasion de rappeler qui fut Noémie Delobelle, grande figure de la Résistance, morte en déportation en avril 1945, alors qu’elle était détenue au camp de Flossenburg. En revanche la jeune population de Burbure connaît certainement beaucoup moins Eugène Maquet passé au second plan. Pourtant le nom de cet homme ne mérite certainement pas de tomber dans l’oubli. En fait c’est l’ancien directeur de l’école des garçons, et c’est certainement à ce titre qu’il était vu dans la commune. Ce que l’on sait moins, c’est qu’Eugène Maquet était aussi un résistant, responsable du groupe VCM Voix du Nord. Après guerre, il a rédigé des certificats attestant de l’activité de résistant de certaines personnes de la région, comme celui de Mme Olga Coilot à Molinghem. Il a aussi témoigné de l’interrogatoire sauvage dont a été l’objet un nommé Théry dans les locaux de la mairie. Lorsque le livre Burbure, des origines à 1945, a été réédité, j’aurais bien voulu publier une photo d’Eugène Maquet. Celle-ci est malheureusement sortie trop tard des tiroirs à souvenirs. En  l’affichant sur ce blog, c’est l’occasion de combler une lacune.

Philippe Vincent-Chaissac

Une pensée sur “qui était eugène maquet ?

  • janvier 8, 2011 à 2:49
    Permalink

    Bonjour,
    J’ai découvert ce blog très récemment et je tiens à vous remercier d’avoir ainsi évoqué la mémoire de mon grand-père dont je garde le souvenir d’un homme foncièrement loyal et droit, sensible aux autres et à leurs difficultés. C’était aussi un chasseur à ses heures perdues, c’est ainsi que je garde également le souvenir des terrines de lièvre que préparaient ma grand-mère avec les lièvres qui avaient la mauvaise idée de passer au bout du jardin!
    Françoise (je suis le 3e enfant de Jeanne MAQUET et André PIERIE)

    Répondre
    • janvier 8, 2011 à 7:21
      Permalink

      Bonjour et merci pour ces quelques mots qui sont un encouragement à poursuivre le travail d’animation qui est le mien. Bien cordialement. Philippe Vincent-Chaissac

      Répondre
      • mai 17, 2012 à 7:17
        Permalink

        je viens de découvrir le site que vous avez consacré à mon grand père j’ai été élevée par mes grands parents EUGENE et CELINE je vous avoue à cet instant que je suis en pleurs et que je vous remercie sincèrement de lui rendre cet hommage car je ne l’ai jamais vu prendre gloire de quoi que ce soit de ces faits de résistances et croyez moi il a été plus discret que certains vers la fin de sa vie il nous a révélé certains faits mais cela a toujours très discrets merci pour cet hommage
        arlette maquet warnault

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *