Pascal Plaisant: le jardin du rouge-gorge

Autrefois, le jardin était un potager qui subvenait aux besoins de la famille Plaisant. Aujourd’hui, c’est le jardin du Rouge-Gorge que Pascal, l’un des enfants, a aménagé et entretient avec sa compagne Brigitte Masson.

Originaire de Burbure, Pascal Plaisant a fréquenté l’école communale puis le collège-lycée Anatole-France à Lillers, avant de passer un CAP d’ajusteur et d’aller travailler chez Dewavrin. Rien le prédisposait donc à la création et à l’ouverture d’un jardin d’agrément. Sauf qu’il avait très tôt travaillé la terre, embauché par le père mineur pour bêcher, déduire les carottes, etc. Et puis dit-il, « j’ai toujours aimé la nature ». Alors, il s’est constitué une collection de plantes qu’il a développée et entretenue avant de la transposer dans le jardin familial qui s’ouvre régulièrement au public depuis quelques années. « Quand je me suis retrouvé au chômage, poursuit-il, je voulais créer une entreprise, créer une pépinière ». Mais il a renoncé : trop compliqué, trop aléatoire… tout en continuant à bichonner ses fleurs, ses arbres, ses graminées. Vous avez à peine mis le pied au jardin, que Pascal Plaisant vous entreprend pour expliquer tout ce qu’il y a à voir, à découvrir, à sentir. L’homme énumère toutes ces plantes de ce qu’il faut considérer comme un havre de paix, un lieu de détente… « Une pièce à vivre », dit Brigitte. Comme si le jardin faisait partie intégrante de la maison. Au total, 500 à 600 variétés dévoilent leurs charmes au fil des saisons, des jours, des heures… Certaines plantes ne fleurissent que trois ou quatre jours comme la pivoine botanique. D’autres apportent leur lot de couleurs durant tout l’été, ou à l’automne. « Ce qui est important, c’est d’avoir des plantes qui ont une jolie floraison, une belle fructification et un joli feuillage d’automne ». C’est ce qui permet au jardin d’être agréable toute l’année. Et d’apporter un soin tout particulier au coin de potager qui prend un petit côté artistique.
Pascal Plaisant vous parle de ses Prunus , rouge vif ou qui fleurissent à Noël, de ses Hellébores, de ses Seringuas, de son acacia tortueux, de son arbre à fraises, des Hamamélis autrement appelés noisetiers des sorciers et de toutes ces graminées qui se révèlent au soleil couchant. « Plus que les compositions, poursuit Pascal Plaisant, ce qui m’intéresse c’est de jouer avec la lumière ».
Tout cela représente bien sûr beaucoup de travail, et notre jardinier avoue avoir un peu de mal à faire face. Heureusement que Marie-Jeanne, sa mère, apporte un grand coup de main, pour retirer un peu d’herbe, elle qui autrefois était plus habituée à « r’piquer des porions ».
« L’an dernier, nous avons accueilli 200 personnes lors des journées portes ouvertes, beaucoup de gens de l’extérieur. Ce week-end, nous devrions avoir beaucoup de gens de Burbure ».
L’occasion pour eux de découvrir un petit paradis de quelque 700 mètres-carrés niché entre la place du Rietz et le Champ-Guillaume… De faire connaissance aussi avec un passionné qui a mis son expérience au service de la commune qui l’a recruté pour s’occuper des espaces verts, des parterres. Un boulot qui répond à ses aspirations : apporter ses connaissances au village, le rendre agréable, le faire évoluer avec peu de choses. « Je veux participer à ce mouvement-là ».
Entrée gratuite. Rens. 03 21 52 30 96 ou 06 86 30 09 52

Une pensée sur “Pascal Plaisant: le jardin du rouge-gorge

  • juin 5, 2010 à 8:52
    Permalink

    bonjour à toutezétous
    Après avoir eu le privilège, l’année dernière de visiter le jardin du rouge gorge et d’y avoir pris quelques photos,ce n’est pas sans émotion que j’y reviens cette année. Dans ce monde qui va trop vite, beaucoup trop vite, que l’on a du mal à cerner par trop de violence,comme il est plaisant (sans jeu de mot trop facile) d’y venir reposer son regard. Un kaléidoscope de couleurs et d’arômes nous rappelle que la Nature comme la Poésie est présente au quotidien à qui veut bien y prêter attention.
    Ne ratez pas cette opportunité, d’autant plus que le soleil sera au rendez vous. Alors pourquoi pas vous? En tous cas,moi j’y serai. A vous voir.
    Harry Covert

    Répondre
  • janvier 4, 2012 à 6:23
    Permalink

    Coucou Pascal, nous sommes allés à l’école ensemble, je ne sais plus dans quelle classe, ça fait plaisir de retrouver d’anciens collègues de classe maintenant j’habite dans le 13 et Burbure me manque. A bientôt. Linda Castille

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *