Chés patoijeux : à braire ed rire


Leçon de grattage (photo PVC).
Leçon de grattage (photo PVC).

Il n’y avait pas foule samedi soir, à la salle polyvalente, pour le premier rendez-vous de la Semaine bleue. Eh bien les absents ont eu tort car Robert Da Costa et sa troupe ont permis à leur public de passer un très agréable moment. Défenseur du patois, l’acteur et metteur en scène isberguois sait jouer de la comédie et de la pédagogie pour expliquer eq nou parlache vient de très loin dans l’histoire et que s’il peut être prétexte à rire, il n’en conserve pas moins ses lettres de noblesse. Avec sept actrices et acteurs qui se succèdent sur scène, Chés Patoijeux étaient en tout cas bien choisis pour un public de personnes âgées (enfin des plus de soixante ans) qui savent bien des choses de la vie et avec qui il est possible de rire de beaucoup de choses. Fil conducteur du spectacle qui s’articulait autour de quatre histoires différentes, les relations dans les couples qui ont déjà beaucoup vécu et partagé, et peuvent s’agacer pour un rien, tout en étant incapables de vivre séparément. Et puis tous ces commérages à propos de tout : du porte-monnaie de la voisinne; de la façon de s’habiller, trop court, trop long, etc. Au passage: un fait qui n’est pas rappeler un très récent fait d’actualité : au grattage, celui qui a gagné c’est qui ? Celui qui achète le billet ou celui qui gratte ?  Sans oublier ces enfants ingrats, ce beau fils qui cache à profiter d’ses biaux gins,  sourds, viux et diabétiques. Qui dit. Bref, quelques tranches de vie et moments de vérité, sur lesquels Robert Da Costa qui porte allègrement ses quatre-vingts ans passés et dont on saluera la performance d’acteur,  a jeté un peu de vinaigre. De quoi irriter le seigneur de l’au-delà.  Bref suffit pas d’dimbler cor faut ti n’pas avoir peur ed l’orache. En tout cas, sûr eq’diminche, in’n’a pu d’un qu’i’a raconter à ses éfants, chu qu’i’a intindu samedi soir et qui l’l’a fait braire… ed rire.
Pour voir ou revoir ce spectacle, rendez-vous à Lillers, le 10 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *