Burbure : environnement et développement durable au cœur de l’action

Pour René Hocq qui entame son 6e mandat de maire de Burbure, l’installation du conseil municipal d’hier, aurait pu être une simple formalité d’autant qu’il n’a pas à composer avec un groupe d’opposition.

Cela n’a pas été le cas dans la mesure où, comme partout, il a fallu composer avec les contraintes liées aux mesures sanitaires pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Gel hydro-alcoolique et masque à l’entrée de la salle, pas (ou si peu) de public, une table par conseiller pour respecter les distanciations physiques et un clic-clac sans sourire pour une photo de famille qui ne ressemble à aucune autre depuis 1989… Cela n’a pas été non plus une simple formalité dans la mesure où les élus se réunissaient pour la première fois depuis le scrutin du 15 mars dernier, alors qu’il y avait des décisions importantes à prendre. Le maire a durant toutes ces semaines, assuré la continuité des affaires avec son équipe sortante et le personnel communal. Il a notamment fallu assumer pour la réouverture des écoles qui aura lieu demain. Il a fallu réagir vite suite aux menaces qui pesaient sur les espaces naturels de la commune à la sortie du déconfinement, plus précisément sur le terril, un « bijou » que certains (les motards en question) voudraient s’accaparer… Quitte à prendre des décisions qui ne plaisent pas ! René Hocq qui reconnait avoir été agacé par cet événement, a redit aux élus tout son attachement à la protection de l’environnement. Et l’on ne lui reprochera certainement pas de vouloir surfer sur une vague verte à venir car son engagement dans ce domaine remonte au moins aux années 90, lorsque René Déjardin, un précurseur en la matière, était son 1er adjoint. Il a d’ailleurs rappelé qu’à l’époque le terril de Burbure aurait dû être exploité pour ses schistes (NDLR : comme le terril de Rimbert ou le terril du N°3 à Auchel) s’il n’avait pas été acquis par la commune avant d’être replanté. Aujourd’hui, cette dimension écologique a encore pris plus d’importance avec, entre autres, le développement des énergies renouvelables. « Protection de l’environnement et développement durable sont et seront au cœur de l’action », dit le maire. Au point qu’une commission spécifique a été créée. Commission qui sera animée par un conseiller délégué nommé lors de la prochaine réunion de conseil prévue mi-juin pour voter le budget.
Dans son propos, René Hocq a réaffirmé sa volonté de faire œuvre de solidarité, de continuer à soutenir les associations et de travailler comme à son premier mandat avec une équipe rajeunie et renouvelée.- Philippe VINCENT-CHAISSAC / Votre Info

René Hocq et sa première adjointe Brigitte Royer. Photo © PVC / Votre Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *