Amaury Bart ou comment se couper en quatre

Photo © PVC / Votre Info

Footballeur, musicien et médecin, Amaury Bart a des semaines bien remplies… Et ces derniers temps, il a enregistré de bien belles satisfactions.

Ce dimanche l’harmonie Avenir est donc à Calais (lire ci-dessous) pour un concours de classement… Un beau défi pour une société présidée par Amaury Bart qui sera parmi ses musiciens, au pupitre des percussions. Pour lui, la confirmation d’un classement dans la division excellence, serait évidemment une énorme satisfaction alors que son frère Anicet s’apprête à en prendre la direction. Et cela serait sans doute aussi pour lui, la cerise sur le gâteau.
Celui à qui l’on peut maintenant dire docteur a en effet soutenu avec succès sa thèse de médecine, il y a quelques semaines, à la faculté Henri-Warembourg à Lille. Le thème qu’il avait retenu : « Adéquation entre la proposition thérapeutique issue des réunions de concertation pluridisciplinaire pour les cancers des voies aérodigestives supérieures et la thérapeutique effectivement mise en place ». De nombreux amis (beaucoup de Burbure) l’ont accompagné pour cette dernière étape qui est peut-être un peu considérée comme une formalité mais qui reste le fruit d’un gros travail de recherche et d’écriture qu’Amaury a réalisé en huit mois. Presque un record.

Bachelier à Lillers
Élève du lycée Anatole-France à Lillers où il a obtenu son baccalauréat, l’on pourrait croire qu’Amaury Bart a suivi l’exemple de son père Denis… « J’ai hésité entre la médecine, les maths et la physique ». Il a fait le choix de la médecine, sans trop savoir à quoi il s’attendait. Il l’a vite appris à ses dépens car les débuts ont été très difficiles et sanctionnés par ce qui était pour lui, un premier échec. « J’ai compris qu’il fallait que je change ma méthode travail », explique-t-il. Une fois le concours d’entrée obtenu, tout s’est enchainé sans embuches. Six années d’études avec des stages dans les hôpitaux de la région : Béthune, Saint-Omer, Lens, Saint-Venant, Lille. Les épreuves classantes nationales lui ont permis d’obtenir ce qu’il voulait en tout premier lieu : rester dans la région. Une priorité pour lui qui a toujours continué à jouer au football le dimanche et assisté aux répétitions de l’harmonie le vendredi.
Interne à Béthune, il a commencé à travailler chez des généralistes à Saint-Omer, a effectué des remplacements à Camblain et Burbure et décroché un contrat de deux ans, à l’hôpital de Lens  où il travaille actuellement en médecine polyvalente, suivant plus particulièrement des personnes âgées et/ou abîmées par la vie. Le poste lui convient parce qu’il correspond à ce qu’il veut faire, à savoir de la médecine générale, et lui permet encore de se couper en quatre pour poursuivre ses activités associatives.

Arbitre de football
Le docteur Bart peut désormais s’installer en libéral mais préfère attendre avant de se lancer dans ce qu’il considère comme un véritable projet de vie qui ne lui laissera sans doute très peu de temps libre et engagera la famille. Tout dépendra aussi de l’évolution de la situation dans les hôpitaux publics où l’on n’arrête pas de supprimer des lits pour privilégier l’ambulatoire.
Dans les mois qui viennent l’on verra donc encore Amaury Bart dans les rangs de l’harmonie mais aussi sur les terrains de football. Joueur de l’Olympique depuis qu’il est tout gosse, il a fièrement porté le maillot de son club jusqu’en seniors A, mais reconnaît qu’après vingt ans de pratique, il en avait un peu marre de toujours jouer contre les mêmes équipes, à un niveau qui n’est pas extraordinaire… Convaincu par Pascal Tartare, ancien arbitre de l’Olympique, il s’est donc décidé à prendre le sifflet en se disant que ce serait une expérience enrichissante. C’est devenu un vrai plaisir, explique-t-il, car généralement les choses se passent très bien. « Contrôler le match avec la parole et la présence, prévenir les situations conflictuelles plutôt que les gérer », telle est la façon avec laquelle il intervient. La méthode est efficace car il n’a pas tardé à grimper dans la hiérarchie du corps arbitral, récemment classé 4e de la 1re série du district Artois. Le week-end, Amaury Bart dirige donc des matchs d’Excellence et de Promotion d’excellence (les deux plus hauts niveaux de district) ou officie, en tant qu’arbitre assistant, dans les rencontres de la Ligue régionale. En cette toute fin de saison, il a aussi été désigné pour diriger la finale de la Coupe d’Artois féminine à Tilloy-les-Mofflaines… Façon de récompenser sa très belle saison. La logique voudrait maintenant qu’il participe aux stages et passe les examens qui lui permettraient d’accéder à l’échelon supérieur, et d’être arbitre de ligue… Mais c’est astreignant et cela impliquerait de longs déplacements… « Je ne peux pas tout faire », dit Amaury Bart, bien décidé à vivre encore pleinement toutes ses passions en attendant sans doute de devoir, un jour, faire des choix.- Philippe VINCENT-CHAISSAC / Votre Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *