Le sport santé pénalisé par le confinement

Les informations venant de la préfecture concernant les pratiques sportives n’ont pas toujours été très claires. Pour les activités de marche et notamment celles de la randonnée, en groupe et en club, il y avait un flou appelant à quelques précisions qui avaient finalement été apportées via le comité départemental.

Jusqu’à mercredi dernier (28 octobre), la pratique de la randonnée restait autorisée sous réserve que les groupes ne dépassent pas plus de six personnes et qu’une distanciation suffisante soit maintenue entre chaque participant. Par ailleurs les randonneurs ne devaient pas se rassembler en début et fin de randonnée.
Pour le peu d’activités, qu’elle avait encore depuis le mois de mars, l’Ortie s’est adaptée aux restrictions et a respecté les préconisations. Mais cette fois, avec le retour à la sortie autorisée dans le rayon maximum du kilomètre, il n’y a plus rien de possible. Pour le président de l’Ortie (que je suis), cela relève de la totale absurdité. « L’on peut aisément entendre et comprendre, même si cela peut se discuter, l’impérieuse nécessité qu’il y a, à interdire tous les rassemblements, même en extérieur. En revanche, je ne comprends toujours pas pourquoi un cycliste, un coureur à pied, un cavalier, un kayakiste ou un marcheur serait dangereux pour sa santé et celle des autres, dès lors qu’il est seul, ou en couple, dans la nature ». Néanmoins, le président a pris acte des interdictions et suspendu totalement l’activité de l‘association. «On ne s’adapte plus, on subit. Après ça, l’on nous parlera de sport santé ou de sport sur ordonnance… Le 1er décembre, nous irons chez le médecin pour faire soigner nos dépressions».Philippe Vincent-Chaissac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *