Les musiciens attachés à leur harmonie… et à leur école de musique

Chaque année, les musiciens de moins de 25 ans, sont récompensés pour leur assiduité aux sorties de l’harmonie. En 2016, trois affichent 100 % au compteur : les flutistes Lyse Da Silva, Émeline Fauconnier et Florine Laigle. Ils sont suivis par :Lucas Beccu, clairon (82%), Mélanie Lacombe, cornettiste (87%), Alexandre Focqueu, tambour (91%), Laura Vanhove, clarinettiste (93%), Arthur Cordonnier, tromboniste (94%), qui ont été gratifiés. Âgés de 27 à 55 ans, mais tout aussi assidus, quatre autres musiciens ont également 100% de présence en 2016: Amaury Bart, Denis Bart, Nicole, Dufour et Pierre Tartare.- Photo © Votre Info
Chaque année, les musiciens de moins de 25 ans, sont récompensés pour leur assiduité aux sorties de l’harmonie. En 2016, trois affichent 100 % au compteur : les flutistes Lyse Da Silva, Émeline Fauconnier et Florine Laigle. Ils sont suivis par :Lucas Beccu, clairon (82%), Mélanie Lacombe, cornettiste (87%), Alexandre Focqueu, tambour (91%), Laura Vanhove, clarinettiste (93%), Arthur Cordonnier, tromboniste (94%), qui ont été gratifiés. Âgés de 27 à 55 ans, mais tout aussi assidus, quatre autres musiciens ont également 100% de présence en 2016: Amaury Bart, Denis Bart, Nicole, Dufour et Pierre Tartare.- Photo © Votre Info

Au-delà de la messe célébrée en musique et de la remise des distinctions qui a suivi, la fête de la Sainte-Cécile qui a eu lieu dimanche a permis de mettre l’harmonie en lumière. Et de souligner le rôle social que joue la société qui, dit son président Amaury Bart, « a la volonté d’accueillir tout le monde ». Des gens de la commune ou des proches environs… voire même d’un peu plus loin puisque 12 des 97 membres de l’harmonie, lui restent fidèles alors même qu’ils travaillent ou vivent dans un autre département : Nord, Oise, Somme, Paris, Loire Atlantique. C’est dire l’attraction qu’elle continue d’exercer avec une parité quasiment obtenue : 41 femmes pour 46 hommes.
Cette vitalité, l’harmonie Avenir la doit à un certain nombre de personnes, des bénévoles comme Nicole Dufour, la trésorière, bien aidée par son conjoint Christian Vest, ou tous ceux qui font actuellement du porte à porte pour la vente des calendriers publicitaires: indispensable au budget de l’association. L’harmonie Avenir, dit encore Amaury Bart, doit aussi beaucoup à Gilles Foulon, son chef d’orchestre, « qui ne rechigne pas à la tâche », faisant à la fois preuve de professionnalisme et de simplicité, pour obtenir « l’équilibre sonore de l’orchestre ». Autre personne dont Amaury Bart a souligné le rôle : Michel Varetz qui a offert à la société une de ses dernières créations, jouée et appréciée lors de la messe : Doux vertige.

Vigilance affichée
Derrière cette bonne santé évidente de l’harmonie se cache néanmoins quelques inquiétudes… Une inquiétude. Elle concerne d’ailleurs plutôt l’école de musique municipale, un très bel outil de travail créé en 1989, qui a permis de former de nombreux musiciens ayant depuis intégré l’harmonie… « Cette année encore, dit Amaury Bart, huit musiciens sont arrivés aux pupitres, et 4 autres à la batterie-fanfare, directement après leur formation ». Une réussite et un bel équilibre que les musiciens veulent préserver en espérant que l’entrée de Burbure dans Artois Com, ne viendra pas perturber le fonctionnement, comme cela a été le cas dans d’autres intercommunalités.
A priori, il n’est pas question de cela… mais cela va sans doute mieux en le disant. En tout cas le maire René Hocq a redit tout son attachement à l’harmonie et à l’école de musique, avant de revenir sur le projet abandonné d’auditorium à l’ancienne école Maquet. Un coût de rénovation beaucoup trop élevé a eu raison des bonnes volontés. Élus et représentants de l’harmonie ont admis qu’il faut trouver une autre solution qui s’inscrira sans doute dans le prolongement du projet de nouvelle mairie actuellement en cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *