L’Ortie veut entretenir ses liens

Les membres de l’Ortie reprennent progressivement leurs activités même si les contraintes sanitaires et les règlementations limitent encore fortement les interactions sociales. Pour le président de l’association, il y avait urgence à sortir du confinement strict.

La logique du kilomètre et d’une seule heure de promenade ont complètement plombé la motivation des gens qui se sont repliés sur eux-mêmes tout en ne comprenant pas le sens de cette mesure. En desserrant l’étreinte avec la règle d’un rayon de 20 km  pour 3 heures de sortie, le Gouvernement a redonné un peu d’air sans pour autant corriger toutes les incompréhensions avec des questions qui restent sans réponses : en quoi marcher à 30 km de chez soi est plus dangereux qu’à 20 km, pourquoi marcher 4 h serait plus dangereux que 3 h, etc.
Les membres de l’Ortie se sont néanmoins adaptés à ces contraintes en proposant un relais rando, puis une journée où chacun était invité à faire la randonnée de son choix. Mais jusqu’alors, il reste difficile sinon impossible de se retrouver pour marcher ensemble.
En apparence, l’activité club peut effectivement redémarrer sauf que les groupes constitués ne peuvent pas excéder six personnes encadrant compris… Pourquoi six ? Pourquoi pas huit ou dix dès lors qu’il n’y a pas de covoiturage, de verre de l’amitié, que les gestes barrières sont respectés et surtout que tout se passe en extérieur ? On ne sait pas.
Pour autant, l’Ortie s’adapte encore. Elle a repris son activité marche douce… En constituant deux groupes distincts et en divisant les temps de marche par deux. Pas totalement satisfaisant mais c’est mieux que rien. Elle s’apprête aussi à organiser un meeting international.
Le rendez-vous prévu fin mars avait été reporté à une date ultérieure qui n’a jamais pu être recalée compte tenu des contraintes sanitaires et des périodes de confinement. Du coup le meeting 2020 se fera ce mois-ci en distanciel. Les participants (français, polonais, irlandais, belges, allemands, etc.) seront bien réunis mais uniquement sur un diaporama constitué des images que chacun aura bien voulu envoyer… L’objectif est bien sûr de maintenir les liens entre les membres de l’association qui, pour certains, ne se sont pas rencontrés depuis plusieurs mois et d’entretenir les contacts avec les partenaires étrangers. En espérant pouvoir chasser de l’esprit cette idée terrible mais malheureusement déjà vérifiée : celle que l’on ne se reverra plus.- Philippe VINCENT-CHAISSAC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *