Randonner et savoir se donner du temps

Randonner et se donner le temps d'observer... Ligne directrice du voyage au Portugal.
Randonner et se donner le temps d'observer... Ligne directrice du voyage au Portugal.

Nous l’évoquions samedi, le déplacement d’un groupe de l’Ortie au Portugal a été une belle satisfaction pour ceux qui y ont participé. Les cinq randonnées organisées en étoile ont permis à chacun de faire connaisance avec une région pas très connue, qui s’ouvre au tourisme et, comme l’ensemble du Portugal, commence à prendre conscience de l’intérêt de la randonnée. Nul doute que cela va se développer dans les années à venir, car non seulement la région est accueillante, mais en plus on y mange très bien. Il y a aussi quelques petits vins à découvrir comme le vinho verde, qui mérite d’être goûté. Arguments auxquels nombre de randonneurs sont très sensibles. Pas besoin en tout cas d’être un marcheur de haut niveau pour découvrir cette contrée, certes montagneuse, mais aux dénivelés très raisonnables. Pour une première approche de la randonnée en montagne, il y a tout lieu de la conseiller, la principale difficulté venant finalement de la météo qu’elle soit bonne – il peut faire très chaud – ou mauvaise – il peut aussi beaucoup pleuvoir -. Les amoureux de vieilles pierres trouveront de quoi satisfaire leur passion que ce soit dans les villages où les maisons traditionnelles sont encore majoritaires, au fil des cours d’eau enjambés par des ponts majestueux ou au hasard des sentiers de montagne où les murs de pierres sèches structurent encore bien souvent l’espace agricole. Les pièges à loups et les très longs chemins pavés qui parcourent la montagne sont parmi les grandes curiosités qu’il faut absolument découvrir et observer. Sans parler des châteaux comme celui de Castro-Laboreiro, des dolmens qui mériteraient certainement une étude approfondie et plus encore les séchoirs à maïs qui peuvent être concentrés en un même lieu ou disséminés au hasard des popriétés. En l’espace d’une petite semaine, les sept membres de l’Ortie ont pris le temps  de se laisser imprégner par la culture du pays. Ils ont notamment constaté que là-bas, le rôle des femmes souvent habillées de noir est d’autant plus important que les hommes sont à l’étranger, en France, mais aussi au Canada ou aux Etats Unis. Ils sont en quête de salaires qui leur permettent de faire vivre la famille qui reste au pays, éventuellement de se donner les moyens financiers de bâtir une maison et accessoirement de pouvoir bénéficier d’une retraite confortable. A souligner également, une pratique religieuse encore très forte et d’autant plus visible début septembre, que le pèlerinage de Pénéda attire des milliers de fidèles portugais et espagnols (la frontière est toute proche). Quant aux paysages, ils sont dominés en cette période de l’année par les couleurs jaune et mauve des ajoncs et de la bruyère. Le parc de Pénéda-Gérês sillonné par les randonneurs de l’Ortie s’est donc révélé comme une belle destination, propice à la marche et à la découverte qui s’est poursuivie à Porto où il faut absolument aller sur les rives du Douro, pour avoir une vue magnifique sur l’ensemble de la ville et pour déguster ce fameux vin de Porto, dont nous connaissons de nombreuses marques sans doute  pas toute la richesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *